UNE VIGNE AU CHÂTEAU PONTUS DE TYARD

Vignoble & Découverte

Labellisée « Vignoble et découverte», elle se situe à la confluence de l’histoire, du patrimoine et de la biodiversité, et renforce l’identité de ce lieu d’exception.

La présence de la vigne à Bissy-sur-Fley est millénaire  comme en atteste  une chartre de l’an 1030.

En 1544 : un document fait état d’ « …une maison et chastel fort de Bissy clouse et fermée avec un cloux de vigne devant la dite maison et une garenne et bois de haulte fuster … ».

Et on sait qu’au XVIIème siècle  le domaine seigneurial de Bissy comprenait encore «129 ouvrées de vigne de très bons plants dont la meilleure partie est de noirin », y compris le clos qui jouxte le château.

Pontus de Tyard, « buvait chaque soir un grand verre de vin qu’il ne coupait jamais d’eau », ce qui était alors peu courant. Il serait intéressant de savoir quels cépages trouvaient dans son domaine? Mais il n’est pratiquement jamais fait mention à cette époque de la nature des cépages plantés pour une parcelle donnée, et on trouve même très rarement les termes : « blanc » ou « rouge ».

Pour notre projet de vigne conservatoire nous avons exploré deux thématiques cohérentes d’un point de vue historique :

  • celle d’une vigne possible au XV° et XVI° siècle en Côte chalonnaise
  • et celle d’une collection ampélographique (chaînon manquant entre les cabinets de curiosité médiévaux et les collections botaniques des siècles suivants).

Cela s’est traduit par la plantation d’une vigne jouxtant le château : le Clos de la garenne composé de deux parties se complétant:

-Une Vigne conservatoire de chardonnay pour la cuvée Pontus de Tyard

-Un conservatoire d’anciens cépages : « La vigne rêvée de Pontus de Tyard » pour le vin Pasithée

vigne-pontus-de-tyard
Le conservatoire de chardonnay

Le cépage Chardonnay est celui des grands vins blancs de Bourgogne, très présent en Côte chalonnaise. Il est cependant menacé dans sa diversité, du fait d’une population plantée à partir d’une source de moins de 10 clones pour la Bourgogne.

D’anciennes vignes possèdent encore une excellente variabilité génétique, mais elles sont actuellement en train de péricliter à cause de leur âge. Il était   donc urgent de créer des conservatoires pour permettre la sauvegarde de ce patrimoine.

Nous avons établi un partenariat avec la Chambre d’Agriculture de Saône et Loire, afin de transférer une collection variétale de Chardonnay du site de Davayé vers notre vigne.

La plus grande partie du Clos de la Garenne a été plantée au printemps 2012 à partir d’une collection de 80 Chardonnays différents. Cette plantation de 60 ares produit depuis 2015 une cuvée atypique, complexe et légèrement muscatée :

Vignes-pontus-tyard

« La vigne de Pontus de Tyard » disponible à la vente au prix de 10€ dans les caves coopératives de Genouilly , Buxy, Saint Gengoux le National et Bissey sous Cruchaud ainsi qu’au château de Bissy sur Fley au moment des manifestations .

Redécouvrez l’émission de FR3 « Millésime »  tournée dans nos vignes.

LE CONSERVATOIRE D'ANCIENS CEPAGES

La vigne plantée par notre association occupe une surface d’environ 13 ares pour un bon millier de pieds et constitue une collection ampélographique de cépages bourguignons et de cépages connus au 16e siècle.

Nous avons ainsi planté de cinq à vingt-huit pieds par cépages :

La plantation a débuté en 2011 avec le Pinot noir droit, le Berligou, le Pinot meunier, le Pinot gris, le Pinot blanc, le Chardonnay, le Gamay, les Gamay teinturier (Bouze, Chaudenay et Fréaux), l’Aligoté, le Melon, le Romorantin, le César, le Sacy, la Douce noire, le Trousseaux, le Poulsard, le Savagnin, l’Arbanne, les Sauvignons (blanc et gris), le Chasselas, le Chenin blanc, le Pineau d’Aunis, l’Auxerrois, le Cot et le Meslier Saint-François.

La plantation s’est achevée au printemps 2012 avec le Bachet, le Béclan, le Dameron, le Plant vert, le Peurion, l’Argant, la Gueuche noire, le Gouais, l’Enfariné, le Beau noir, le Troyen, le François noir, le Meslier noir, le Samoriau, le Teinturier du cher, le Genouillet, le Verjus, le Lignan blanc, le Pinot noir cioutat, le Pinot noir teinturier, le Tressot, le Gascon, le Roublot, le Franc noir de la Haute Saône, le Petit meslier et la vigne sauvage (« vitis vinifera sylvestris »).

La vendange de cette vigne aux cépages multiples permet d’élaborer un

« vin possible de la table de Pontus de Tyard », évocation du vin clairet connu depuis l’antiquité et dont   la présence est encore attestée dans les caves du château au XVII° ou XVIII° siècle.

Complexe, aromatique et rafraîchissant, ce vin sera chaque année subtilement différent, mais toujours naturellement clairet, comme à l’époque !

Nous avons décidé de nommer ce vin « Pasithée », fille de Dionysos et déesse des plaisirs de la vie. C’est ce nom que Pontus de Tyard donna à sa muse.

« Pasithée »,  rêve de Pontus de Tyard, est un vin patrimonial clairet non commercialisé qu’on ne peut découvrir qu’au château auprès des adhérents.

Quand je bois du vin clairet

Ami tout tourne, tourne, tourne, tourne

Aussi désormais je bois Anjou ou Arbois

Chantons et buvons, à ce flacon faisons la guerre

Chantons et buvons, les amis, buvons donc !

                  Recueil publié en 1530 par Pierre Attaignant

VIGNE-PONTUS
Quelques fantaisies

Si notre vigne est plantée en ligne et palissée sur fil de fer, on ne peut oublier que beaucoup d’autres conduites existent ou ont existé avant la reconstitution du vignoble. Aussi nous avons planté quelques ceps au pied d’arbres ( dans le verger XVIème) destinés à leur servir de tuteur. Cette conduite délibérée en hautain est qualifiée de vigne arbustive.

Nous avons également planté une treille de Verjus et de Lignan blanc en limite du jardin poétique

Un pied de vraie lambrusque, la vigne sauvage (« vitis vinifera sylvestris ») ancêtre de toutes les vignes européennes, a été planté au pied d’un arbre de haie mellifère.