LE JARDIN POÉTIQUE

Le jardin jouxte le château

Dominé par le colombier de 745 boulins il est aujourd’hui constitué essentiellement d’une simple prairie naturelle parcourue d’allées gazonnées.

Cerné de murs en pierres sèches il est cependant composé selon les principes des jardins Renaissance, époque dont Pontus de Tyard est un brillant représentant.

Pour bien comprendre un jardin de la Renaissance, il faut se rappeler qu’il est issu d’un bouleversement de la conception de l’homme et de son environnement :

La Philosophie humaniste qui habite Pontus de Tyard est née au XVème siècle en Italie, elle place l’homme au centre de l’univers : Si l’Homme reste soumis à Dieu il peut s’améliorer par le savoir et peut appréhender son environnement et le construire afin d’enrichir sa pensée … (Clin d’œil à Pontus de Tyard évêque et scientifique qui privilégie le raisonnement même dans ses homélies !)

Les jardins Renaissance sont à l’image de cette évolution, ils ne sont plus coupé du monde comme l’était le jardin médiéval : Le terrain doit autoriser une vue qui s’ouvre sur la campagne environnante.

C’est pourquoi nous avons créé un passage vers le verger, la haie mellifère taillée en voûte au-dessus de l’escalier constitue un portique de verdure également caractéristique des jardins Renaissance comme l’escalier qui permet à l’œil d’être entraîné vers diverses perspectives.

La composition est soumise à une allée centrale qui traverse plusieurs niveaux : Les jardins à l’époque s’ornaient de massifs géométriques : Dans sa forme la plus fréquente, le parterre était divisé en quatre compartiments égaux et comportait en son centre une fontaine, un bassin ou même un pavillon.

Pour limiter les contraintes d’entretien nous avons choisi de dessiner les parterres à la tondeuse et d’installer au centre un vestige de bassin.

 

 

 

 

 

Une visite plus attentive permet au visiteur de se plonger dans l’époque de Pontus de Tyard et découvrir les facettes de ce brillant érudit : des textes originaux de ses écrits disséminés aux points stratégiques du jardin dévoilent les multiples facettes de l’ancien propriétaire des lieux: Scientifique, poète, philosophe, homme politique, évêque …

Parfaitement conscients du charme que revêtaient ces compositions vues de haut, les propriétaires de villas firent également une terrasse dans la partie attenante du jardin pour jouir du spectacle qu’offraient les parterres.

Le jardin, proche de la demeure est toujours ceinturé de murs.

L'art contemporain dans les jardins

A l’époque Renaissance des statues antiques animent le jardin : nous avons choisi d’installer des éléments contemporains prétextes à évoquer Pontus de Tyard :

 

 

Un miroir étrange pour Pontus philosophe : La disposition de 18 facettes reprend précisément celle des carreaux des fenêtres à meneaux du château, mais… quelques facettes s’échappent  du cadre comme un clin d’œil aux esprits téméraires des penseurs de la Renaissance dont les idées sortaient du cadre contraint des croyances de l’époque…

Un cadran solaire évoque Pontus de Tyard scientifique et astronome.

Le gnomon (axe central) est soigneusement orienté vers l’étoile polaire, ce qui confère à ce cadran une précision de lecture de l’ordre de la minute.

 

Une pergola pour Pontus amoureux et poète :

Cest un élément précieux de l’architecture de la Renaissance elle définit à la fois un espace extérieur et un volume intérieur, protégé mais aéré et bénéficiant d’une ombre agréable et fraîche…

Après avoir franchi l’escalier vers « le monde extérieur » le promeneur est guidé vers une colonne de pierre à l’ombre du chêne plus que centenaire qui veille sur le jardin mais indique le chemin vers la source inconnue du fameux ruisseau d’argent …